Je t'écris car je n'arrive pas à parler, à t'affronter...Je sais que tout va bien (enfin presque) et que je devrais être heureuse et souriante. (Nous sommes mariés depuis peu , nous avons un petit garçon extra, je suis plutôt tranquille niveau santé depuis quelque temps et niveau argent bah ça s'arrangera...).Suis-je triste , malheureuse ou juste lunatique ? Un peu les 3 certainement !

Tu me connais bien (après 14 ans de vie commune )et quand ça ne va pas , je ne sais pas le cacherTout le week-end de Noël , j'ai fait de mon mieux , on a même passé un super réveillon ! Tu as assuré comme toujours , tu sais recevoir , j'ai beaucoup de chance de t'avoir , je le sais , tu es un homme bien , un homme attentionné parfois,je sais que tu m'aimes malgré tous mes défauts ( et ce n'est pas peu dire) 

Et quand je suis seule avec notre fils ( tous les soirs de la semaine donc), je prends sur moi , je compense , je m'occupe de lui , je prends du plaisir à lui faire des câlins , des bisous ...En fait , il n'y a qu'avec toi que je suis comme ça ! La raison ,tu la connais , même si tu préfères l'ignorer.Je t'en veux ! Je t'en veux de m'empêcher d'avoir ce 2ème enfant , ce bébé...Je ne comprends pas tes raisons ...J'ai toujours été persuadée que si on n'avait pas pu avoir de 2ème enfant , ça aurait été la faute à mon corps , ou aux médecins qui se seraient opposés ...mais pas à ton opposition à toi  ! Les néphrologues sont d'accord , j'ai même commencé à passer des examens pour voir si tout est ok pour adapter mon traitement et penser à stopper la pilule ( et tu le sais ça et tu m'as laissée passer cette journée à Bichat. Pourquoi tu ne m'as pas dit : "n'y va pas ! ça ne sert à rien !!!) Je n'arrive pas à passer à autre chose , à penser à autre chose , cette envie est en moi , j'en ai mal au ventre , une boule dans la gorge et le coeur serré en écrivant cette lettre. Pourquoi moi ? Pourquoi moi , je n'ai pas le droit de connaître ça ? J'aurais tellement aimé vivre une 2ème grossesse , racheter des vêtements de bébé , voir Zébulon grandir auprès d'un petit frère ou une petite soeur qui sait...Il commence à poser des questions , bah oui à 4 ans c'est évident , pourquoi ses cousins ont un petit frère , une petite soeur , pourquoi chez nous y a pas de bébé ? Quand je t'en parle , tu me dis , il ne sera pas malheureux parce qu'il est fils unique . Je suis d'accord avec toi car il ne saura pas ce qu'il loupe , ce qu'il ne vit pas. Par contre , moi je suis complètement consciente de ce que je loupe.Et c'est moi que ça rend malheureuse.

Aujourd'hui , on ne se verra pas et demain on passera la journée tous les trois. Je ne sais pas encore si je vais te la faire lire cette lettre , j'ai toujours la crainte que tu te braques , que tu ne trouves pas les bons mots pour me réconforter. Souvent , quand je t'ai fait comprendre que je n'étais pas bien (à cause de ça) , tu as d'abord demandé " ça ne va pas ? " et je t'ai dit que c'est cette raison qui fait que je n'ai pas le moral mais que ça passera et tu as alors ignoré mon mal-être , tu es parti travailler sans un mot ( à part "bonne soirée") style tout va bien hein ! J'ai peur d'être encore déçue, de ne pas avoir de retour. D'avoir l'unique réponse que tu me donnes " on en a déjà parlé"....

Demain , on sera tous les 3 ... demain on va manger chez ta grand-mère ...demain je vais sourire car il le faut hein , faut montrer que tout va bien , qu'on est heureux et qu'on a passé de jolies fêtes ...demain je serai triste mais je vais faire un effort , je ne vais pas me laisser abattre , je vais profiter car je vais passer la journée avec mes deux hommes et ce n'est pas si souvent ...demain , tout ira bien , je ferai semblant ...mais demain et après-demain et les jours suivants , ce vide sera toujours là , dans mon ventre et dans mes tripes ....

Je t'écris ça , pour que tu comprennes , pour que tu saches pourquoi je ne souris pas , pourquoi je n'y arrive pas toujours , il y a des moments où ça va et je vois le côté positif de notre vie à trois et à d'autres moments je t'en veux et ça prend le dessus. Ne m'en veut pas ( je sais que ce n'est pas logique de te demander ça à mon tour) , ça passera peut-être , dans un laps de temps plus ou moins long...Je vais encore essayer d'oublier cette obsession idée pour profiter de notre bonheur.J'essaierai de cacher ma tristesse le plus souvent possible , de pleurer dans mon coin , sans contrarier personne.

Je t'aime .